Il n’y a pas que les muzz. C’est bien un problème d’immigration.
Les Indiens de l’Inde par exemple peuvent être tout aussi néfastes, bien qu’ils soient plus discrets dans l’infiltration. Ce n’est pas par hasard que Jean Raspail les a choisis pour illustrer l »envahisseur sournois, fort de son seul nombre, face à la tolérance des aigles sommés, forcés par leur direction CIA déguisée de se comporter en capons.

Voici la traduction d’un article d’une Liz Davis paru dans une revue américaine conservatrice : L’EFFET MACACA.

« Qu’est-ce que l’effet macaca ? Et d’abord, qu’est-ce qu’un macaca ?
C’est le terme péjoratif utilisé dans les milieux « high tech » des US ou de GB pour désigner une personne débarquée du Pakistan ou de l’Inde, ou d’ascendance indo-pakistanaise, qui se trouve du jour au lendemain munie d’un visa de travail et embauchée par une entreprise occidentale.
L’effet macaca » se réfère, tout aussi péjorativement, au plongeon des salaires britanniques et américains dans les industries de haute technologie, telles que l’informatique, l’électronique, l’ingéniérie, la médecine, la comptabilité, le secteur hospitalier…, dés l’embauche de ces macacas dans l’entreprise.

Les sociétés à macacas prétendent faussement manquer de personnel qualifié et obtiennent sans difficulté l’autorisation consulaire d’importer des Indiens de l’Est qu’elles paieront moins cher; ce qui entraîne le départ des employés déjà en place ou la baisse automatique de leurs salaires.
Les employés qualifiés autochtones, mécontents, [délogés, appauvris, mis au chômage, ainsi que les actuels étudiants privés de carrière dans les secteurs de haute technologie] ont trouvé tout seuls cette expression « d’effet macaca ». »

L’effet macaca entraîne non seulement une baisse de salaire des autochtones, mais aussi une baisse de la qualité des prestations. Est cité dans l’article le médiocre produit « Vista ».
On peut aussi rappeler la prestation lamentable de cette doctoresse voilée, pakistanaise en GB, dans le cas de « Baby P ». C’était un bambin anglais salement battu,
couvert de bleus, qu’elle avait trouvé « braillard » lors de la (dernière) consultation, sans remarquer sa colonne vertébrale brisée, et qui l’avait renvoyé chez ses tortionnaires,
sans soins, jusqu’à ce qu’il en meure le lendemain.
Il y a aussi, pris au hasard, (un article du dailymail.co.uk tout récent), le cas d’un chirurgien issu de la diversité est-indienne atterri en GB, qui se trompe d’instrument lors d’une opération bénigne, insère une lame plutôt qu’un objet rond, et tue involontairement son patient anglais de 16 ans, en lui rompant une veine majeure.

Parlons un peu en France de l’effet macaca, se surajoutant aux petits délits et grands crimes dont nous accable la « diversité ».

Commentaire de Luz via Fdesouche

Advertisements