Neandertalien5

Pour les personnes intéressées par la question du racialisme , une news apparue il y a quelques semaines apporte une pierre supplémentaire à l’édifice de la vraie célébration de la diversité dans l’espèce humaine , à savoir la multitude des races .

Bien entendu , les manipulateurs de la classe médiaticométissophiles ont tenté de noyer le poisson et de redessiner les cartes pour nous tenir dans l’ignorance de la rotondité.

Ce sont deux études indépendantes qui arrivent à des conclusions similaires concernant les apports génétiques de Néandertal au génome de l’homme moderne. Elles ont été publiées dans l’American Journal of Human Genetics.

Quand les hommes modernes ont rencontré les Néandertaliens, 40 000 ans environ en arrière, les deux espèces ont eu des relations sexuelles fertiles et ont ainsi fait un échange de gènes.  Comme toujours dans ce cas, il y a une partie d’échange positif, une partie neutre et une partie que l’on considère négative. On considère aujourd’hui que les hommes modernes partagent entre 1 et 6 % de leur ADN avec Homo neanderthalensis, mais aussi avec l’homme de Denisova.
Pour ces nouvelles études, les scientifiques ont étudié les génomes de plus de 1000 individus (issus du programme 1000 génomes) qu’ils ont pu comparer avec celui des hominidés anciens disponibles (Néandertaliens et Dénisoviens)

Les chercheurs se sont particulièrement intéressés aux récepteurs TLR, qui donne une réponse de l’organisme face à une infection (bactérie, champignon, parasite). Ces récepteurs immunitaires sont essentiels pour obtenir des réponses inflammatoires et antimicrobiennes, et donc lancer une réponse immunitaire adaptée à l’infection.

Pour Janet Kelso (Max Planck Institut d’anthropologie évolutive à Leipzig),  “Nous avons constaté que les croisements avec les anciens hominidés – les Néandertaliens et les Denisoviens – ont influencé la diversité génétique présente dans les génomes des hommes modernes ».
Les gènes opérant dans le cadre de l’immunitaire inné présentent des niveaux plus élevés d’ascendance Néandertal que le reste du génome», rajoute Lluis Quintana-Murci (Institut Pasteur – CNRS).

Plus fort contre les infections, plus réactif aux allergies

Les chercheurs arrivent à la conclusion que l’apport des gènes Néandertaliens et Dénisoviens a permis à l’homme moderne une plus grande réactivité aux agents pathogènes, immunité acquise depuis longtemps par les hominidés anciens. Et en « complément » de cette immunité plus « musclée », les hommes modernes ont également hérité d’une sensibilité accrue aux allergies.

“Les Néandertaliens ont vécu en Europe et en Asie de l’Ouest pendant environ 200 000 ans avant l’arrivée de l’homme moderne. Ils ont donc eu le temps de s’adapter aux conditions climatiques, aux aliments régionaux et aux agents pathogènes. Par métissages avec ces anciennes espèces humaines, les humains modernes ont profité des adaptations avantageuses. Bien que cette plus grande sensibilité nous a protégés contre les infections, elle a également augmenté notre réceptivité (hyperesthésie) aux allergies », déclare Janet Kelso.

Source : http://www.hominides.com/html/actualites/neandertal-adn-partage-allergie-infection-0996.php   ou mots clés “néanderthaliens + Allergies”

Résumons : Tout homme moderne disposant de patrimoine génétique de néanderthal à une variabilité différente détient également un système immunitaire plus performant que le genre Homo classique .

Problème : Les gènes de néanderthal ne se retrouvent que parmi les populations blanches et asiatiques. Aucune trace chez les africains subsahariens  qui n’ont pas eu de “rencontres amoureuses” avec les hommes du froid .

Les résultats confirment ce que l’on avait déjà constaté à moindre échelle : le pourcentage purement néandertalien du génome des Européens est de 1,15 pour cent en moyenne, tandis qu’il est de 1,38 pour cent chez les Extrêmes-Orientaux (Chinois). Certaines régions du génome européen intègrent ainsi jusqu’à 62 pour cent de gènes néandertaliens, et 64 pour cent chez les Extrême-orientaux. En revanche, moins de 0,08 pour cent du génome des Kenyans serait purement néandertalien ; le chiffre est de 0,34 pour cent chez les Afro-Américains du Sud-Ouest des États-Unis, et enfin, compte tenu de la marge d’erreur, on peut considérer que les habitants de l’Afrique subsaharienne sont dépourvus de gènes néandertaliens.

Ce patrimoine génétique représentant 1% de patrimoine total , ne peut-on parler d’une découverte prouvant la différenciation raciale de l’africain sub-saharien de l’asiatique ?  ( NDLR: seulement 2% de différence de patrimoine génétique entre un chimpanzé et un humain )

Notez également que, par exemple l’adaptation aux hautes altitudes n’est pas acquise mais génétique , d’ordre raciale :

Nous avons aussi découvert que le génome d’hommes actuels contient des gènes spécifiques d’un autre groupe d’hommes, contemporains des néandertaliens, mais différent de ceux-ci : les dénisoviens. L’adaptation à l’altitude d’une ­majorité de Tibétains est ainsi liée à un gène hérité de la lignée des dénisoviens : il facilite la survie sur les hauts plateaux où il n’y a pas beaucoup d’oxygène. Toutes ces analyses paléogénétiques bouleversent nos connaissances sur l’histoire de l’évolution humaine et du buissonnement de nos origines.

http://www.humanite.fr/svante-paabo-les-neandertaliens-ne-sont-pas-tout-fait-morts-ils-vivent-encore-en-nous-588295

Et ce n’est que le début . On peut raisonnablement penser que l’intellect a été touché . Il est déjà admis que les néanderthaliens avaient une conscience écologique, spirituelle et artistique bien plus développée que l’homo sapiens . De là à penser que cela expliquerait le foisonnement de la création artistique , du génie inventif de l’européen, je ne me le permets pas encore …bien que Beethoven eut un très grand front et une boîte crânienne ressemblant étrangement à nos aieuls des monts de glaces !! ( allez donc voir ce grand front !)

 

We Spartans are descended from Hercules himself. Taught never to retreat, never to surrender. Taught that death in the battlefield is the greatest glory he could achieve in his life.
Spartans…the finest soldiers the world has ever known

Oui le racialisme ( et non racisme , terme dont les médias usent à n’en plus finir sans comprendre le champ sémantique de ce passionnant sujet qu’est l’étude de la diversité humaine ) .

Une étude scientifique vient de sortir et prouve que dès 9 mois les bébés n’arrivent plus à différencier les bébés ne faisant pas partie de leur catégories les uns des autres .

En d’autres termes , pour un bébé de 9 mois , tous les asiatiques/noirs etc se ressemblent .

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2139735/Babies-develop-racist-traits-aged-months-coming-contact-races.html

Commentaire très intéressant pour les personnes qui sont tenter par le Krav-Maga et enrichir la JewConnection

 

Ambact :

“Pourquoi vouloir opposer boxe thaï et krav? »

Parce que le second est une escroquerie dans tous les sens du terme. Une pure arnaque de (censuré)! Ce monde (celui des sports de combat:arts martiaux), je le connais très (trop) bien. Le krav, je l’ai vu naitre. Disons plutôt “sortir d’un chapeau de magicien” (j’ai failli dire d’une Kippa de magicien. LOL).

Du jour au lendemain, une “école” était née. On lui trouva une pseudo histoire qu’on fit remonter au ghetto de Varsovie. Les premiers instructeurs, tous issus de la communauté israélite française, venaient des boxes, karatés, judo, et autres “vraies” techniques. Pas des fusées, et, souvent même pas des instructeurs ! A l’époque (il y a seulement une vingtaine d’années) tous les pays devaient avoir un “art martial” national. Obligé. Ce qui permettait aux membres des diverses communautés d’ouvrir des salles de leur truc spécifique, sans qu’on puisse savoir s’ils faisaient n’importe quoi (généralement, d’ailleurs) puisque c’était un truc “à eux”.

Donc, “zappés” les diplomes d’état et jurys de pairs, te renvoyant chez ta mère quand tu étais nul ! Eh bien, nos amis charcutaillophobes se sont dit : “pourquoi pas nous ? puisqu’il y a des thunes à prendre”. Aprés, tout fut traité comme un business. Là, par contre, ils assurent. Grosse pub dans le magazine “karaté-bushido” (gros tirage dans le milieu), dont lerédac-chef se nommait…..Pierre-Yves Benolliel ! Tiens ? Ainsi que dans les magazines de pro-sécurité.

Le mythe était né. “La technique secrète (LOL) de Tsahal (re-LOL) voire du Mossad (re-re-LOL)..etc…”. Celle qui vous permet de vous débarrasser de tout adversaire dans n’importe quelle situation, qui que vous soyez, moyennant mensuellement la somme de… Ils supprimèrent même, au début, les echauffements et le travail physique (fatigant) ou répétitif (rébarbatif) des cours. car, “dans la rue, on n’a pas le temps de s’échauffer”. Non, mais faire du physique régulièrement à l’entrainement permet d’en avoir dans la rue.Et ne pas cracher ses poumons à la deuxième patate ! Et, déja, en répétant à l’infini un mouvement, on n’est pas sur de le “ressortir” dans l’adrénaline d’une baston, alors, sans ça….prouttt, proutt.

Ils prirent un zeste de Karaté, un soupçon de boxe, une lichette de Judo ou de lutte. Mirent le tout dans un shaker, et en sortirent un nouveau cocktail appelé “krav-maga” (ou krav-magouille, en hébreu). Leur principe, comme ils sont super-malins, c’est de pomper dans toutes les disciplines ce “qui est utile” et d’en rejeter “le superflu”. Y sont forts, hein ? Et, si depuis des siècles des hommes (bridés ou non) se servent de ces techniques pour s’entretuer, c’est qu’elles ne servent à rien. Eux, en les ayant survolées pendant 2 ans ici, et 6 mois là-bas, ils ont tout compris.

En fait, ils ont viré ce qu’ils ne comprenaient pas et ce qui pouvait rebuter leur clientèle. Mais, en promettant des miracles, ça marche. Financièrement, pour eux, du moins. Cela marche d’autant mieux que pour éviter d’avoir à montrer ce que vaut réellement leur truc, ils refusent toute idée de confrontation sur un ring ou un tatami avec les autres. Commercialement génial ! Une école qui forme des tueurs sans jamais avoir eu à faire ses preuves.

Leur autre coup de génie, c’est grace à leur intox médiatique, d’avoir attiré dans leurs cours des mecs qui “tiennent la route”. Des flics, bidasses, agents de sécurité, videurs, etc. Personnes ayant toutes, déjà, un bon niveau en arts/sports de combat “sérieux”. Et généralement, aussi, en “castagne”. Donc, correctement déja formés ailleurs. A pas mal de ces gens, ils distribuèrent des diplomes d’instructeurs. Un de mes potes, honnête boxeur en savate, devint instructeur au bout de 6 mois ! Ah, égo quand tu nous tiens. Ils se dotèrent ainsi d’un réseau d’enseignants, non formés par le krav, mais solides(eux, pas leurs cours).

Dans toutes les salles de krav où je me suis entrainé, c’était du grand n’importe quoi. Des erreurs basiques graves. Des trucs inapplicables. Des types se blessant inutilement. Et, toujours cette arnaque (intellectuelle avant d’être financière) de faire croire aux gens qu’ils vont tous devenir efficaces. Ces gens persuadés qu’en ayant vu deux ou trois trucs bidons, style “coup de pompe dans les burnes” ou “doigt dans l’oeil”, ils allaient bien s’en sortir. Le blème, c’est que le malfaisant en face, il fait 1,90 m, 100 kg, que lui aussi, il sait mettre un doigt dans l’oeil, qu’il se bastonne toutes les semaines, et qu’il est très énervé parce qu’il vient de “presque” se prendre un shoot dans le slip !

S’il suffisait de “savoir” où taper pour y arriver, on ne transpirerait pas autant. Désolé pour les nanas de 45 kg. Quant aux “adversaires armés”, si tu peux : cours ! Si tu es armé : tue-les ! Sinon : fais ce que tu peux. Mais sauves ta peau. Et… reviens les voir.

La technique ? Oui, à 100% ! mais, le krav ce n’en est pas. Perso, j’ai touché à plein de trucs. Mais je suis instructeur de Karaté (une école très traditionnelle, mais où les combats se font poigs nus et au KO.) et de muay thai. Enseignant pendant plus de 20 ans. Ces deux écoles ME conviennent. Mais il y en a plein d’autres très bien. Toutes les disciplines où l’on combat “au réel” le sont, à mon avis. Des diverses boxes ou arts martiaux (au KO) au Judo et lutte. Là, pas de triche. Pas de machins secrets. Deux hommes, et l’un des deux va s’incliner. Là, tout le monde va voir ce que tu vaux.

Pas de ces trucs bidons, où un inconnu n’ayant jamais tué personne va t’apprendre comment le faire ! Le ring ou le tatami, ça apprend à se dépasser. A tenir même quand on n’en peut plus. Quand on a mal. Que ce soit sur un ring ou dans la rue, c’est souvent celui qui a le plus de volonté qui gagne. Alors, si les types, ils ne sentent pas de monter sur un ring, alors qu’il y a un arbitre, qu’ils laissent tomber le reste. Car dans le réel, pas d’arbitre, si on veut jeter l’éponge.

Le systema ? Ben, franchement, le jambon en plus, tu retrouves un peu les mêmes schémas que dans le machin cité au dessus. Une discipline inconnue il y peu, mais “ayant toujours existé”. Des techniques pompées à droite à gauche. Des instructeurs qui eux, physiquement, ont l’air de tenir la route. Des types qui prétendent désarmer des gars armés. Sauf erreur, pas de compétition (surtout pas “open”) où on peut se tester. Et toujours ce postulat de départ bidon qui consiste à dire : “alors, un type vous attaque comme ça, et bien, il va falloir faire ça, et vous êtes sauvé.” Rien de bien transcendant, quoi.

Il faut comprendre qu’en démonstration tout est possible. Ailleurs, ça devient plus compliqué. Petite observation. Leur “art martial ancestral” datant du moyen-age, ils est à base surtout de boxe anglaise et de lutte. C’étaient les deux seuls sports de combat autorisés en Russie communiste, les autres ayant été jugés subversifs. Donc, si tant est que leur truc ait eu une réalité historique, ça ne devait pas ressembler à ça. Presque un siècle d’interdiction coco a dut provoquer son extinction.

Tout comme le “tae-kwon-do” coréen originel, par exemple. Pour redonner un ciment national à la Corée du sud, les ricains eurent l’idée de promouvoir leur art martial traditionnel. Mais, petit blème, plus d’instructeurs, car tombé dans l’oubli ! Qu’importe, ils firent venir une poignée de profs de karaté japonais qui inventèrent un nouveau tae-kwon-do, mais à la sauce nippone. D’où les similitudes entre karaté et tae-kwon-do. De toutes façons, comprendre que tous ces trucs “nouveaux” ne peuvent pas l’être. L’être humain a, depuis longtemps, fait le tour de tout ce qui peut lui permettre d’exploser son prochain. Il existe à présent, pas mal de structures, permettant aux pratiquants de se rencontrer dans des combats où pratiquement tout est autorisé (coups, saisies..etc..)et au KO. C’est ouvert à toutes les disciplines. Bien peu s’y risquent.